vendredi 20 février 2009

Le 8 mars 2009, en mémoire aux tondues?

L'Allemagne a reconnu hier "le sort difficile" des "enfants de la guerre", nés sous l'Occupation d'une femme française et d’un soldat allemand.
Ces enfants qu’on traitait de "bâtards de Boches", de "parasites" ou de "têtes au carré" sont reconnus Allemands s’ils le souhaitent.
Le ministère allemand « viendra à leur rencontre » pour se charger des formalités.

Selon un journaliste français, Jean-Paul Picaper et un écrivain allemand, Ludwig Norz, les personnes concernées seraient d'environ 200 000. Selon l'historien et chargé de recherches au CNRS Fabrice Virgili, le chiffre serait plus proche de 100 000.

Quoiqu’il en soit, et bien que cela arrive après 60 ans, il y a REPARATION.

Mais qu’en est–il des femmes, leurs mères, qualifiées de traînées, tondues et humiliées ?

Est ce que le Gouvernement français, de son coté, saura-t-il reconnaitre la barbarie psychologique et physique dont ont été victimes ces femmes de la part du peuple français et la souffrance qu'il leur a fait subir? N'est il pas venue aussi pour elles, l'heure de la réparation?









Et si le 8 mars 2009, journée de la femme, était dédiée à leur mémoire ?


27 commentaires:

  1. Marien Guillé marien.guille@aliceadsl.fr20 février 2009 à 23:18

    Ce serait une belle initiative...

    RépondreSupprimer
  2. Merci Marien.

    Un site très simple est en préparation dédiant la journée de la femme 2009 à ces femmes et proposant à qui le souhaite, de signer un texte leur rendant hommage.

    Son adresse sera 8mars2009.eu

    Le premier signataire sera une personne de renom qui m'a encouragé à aller dans ce sens.

    Au plaisir de vous compter également parmi les premiers signataires.

    RépondreSupprimer
  3. Ce que j'écrivais l'année dernière...

    RépondreSupprimer
  4. oups
    donc, ça :
    http://www.lantredekag.fr/index.php/?2008/04/25/581-ma-mere-cette-batarde

    RépondreSupprimer
  5. @ Olivier

    Ai lu cette partie de toi que tu dévoiles.

    Nous sommes conditionnés par nos histoires de famille. Aussi il est important de les connaitre pour pouvoir s'en affranchir.

    Souvent ces histoires sont des secrets, des non dits car elles ont été trop difficiles à assumer, à digérer, à dépasser. Suffit de demander aux psy.

    Alors quand il s'agit de traumatismes, ceux ci sont des valises de plomb transmises de générations en générations.

    C'est pourquoi il me semble important qu'il y ait cette réparation, qu'il y ait cette demande de pardon à toutes ces mères, ces grands mères, ces arrière grands mères pour les souffrances qu'elles ont vécues et qu'elles ont transmises malgré elles.

    Aussi, je sollicite ton aide, votre aide pour que ce beau projet d'inscrire ce 8 mars 2009 comme ce jour de réconciliation avec l'Histoire aboutisse.

    Il en va aussi de la place de l'amour pendant la guerre. Les femmes ne sont pas coupables de pactiser avec l'ennemi dans ce cas là mais bien au contraire de pacifier l'ennemi.

    Elles sont par l'amour qu'elles donnent les PRÉCURSEURS de la PAIX.

    RépondreSupprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  8. Il est clair que ces moments furent terribles. Entre les dénonciations anonymes aux nazis puis les vengeances d'après guerre, les français ont montré un visage très très peu glorieux...

    Pour tous ces actes, il reste une difficulté. Qui répare? Ces femmes ne furent pas tondues en public sous mandat d'état, mais par la population française revancharde. Alors qui s'excuse au nom de qui? Là est la difficulté!

    Je ne voudrais pas semer la confusion en donnant l'impression qu'il faut hiérarchiser les malheurs des uns ou des autres, mais j'attends aussi une véritable reconnaissance du fait esclavagiste, des excuses publiques de l'état français aux populations antillaises et noire américaines en général.

    Quant fera t-on entrer un fils d'esclave au Panthéon?

    RépondreSupprimer
  9. Pierre,

    Le choix de ne pas retenir cette photo de Capa est délibérée. Cette femme est lynchée par une foule jubilant car elle tient la preuve de la faute: un enfant.

    Je souhaitais mettre l'accent en l'occurrence sur TOUTES ces femmes françaises qualifiées de trainées car ayant fait l'amour avec des soldats allemands.

    Si "faire l'amour et pas la guerre" n'est pas l'apanage des femmes, ce ne sont pas les hommes en pareil cas qui sont traités de trainées... de salops éventuellement quand ils n'assument pas les conséquences de leurs actes traduites en grossesse parfois.

    La source du problème à mon sens est là et c'est ce qui fait encore sa contractualité bien que cela tend à s'atténuer dans nos sociétés occidentales: une femme qui cède à ses désirs amoureux n'est pas l'égale de l'homme!

    Alors quand il s'agit d'"étrangers" ou à fortiori d'ennemis, l'entité à laquelle elles "appartiennent" (famille, communauté, village, région, pays) se sente hautement trahi.

    L'amour est libre et ne doit pas en AUCUN cas être puni.

    RépondreSupprimer
  10. Philippe,

    Ce sont les soldats allemands qui auraient du reconnaitre leur paternité. C'est le Gouvernement allemand pourtant aujourd'hui qui assument ces enfants comme les siens en leur proposant la double nationalité.

    Pour les Tondues, un site est en préparation qui permettra à qui voudra, d'exprimer simplement le souhait d'une réparation en leur dédiant cette journée de la femme du 8 mars 2009.

    Si le Gouvernement français veut faire à son niveau une déclaration pour considérer,
    - que les femmes qui ont couché avec les soldats allemands sans volonté de nuire au peuple français, n'étaient pas des collaboratrices,
    - que la foule n'avait pas à se substituer à un tribunal de guerre et à juger de manière arbitraire et sauvage ceux et celles qu'elle soupçonnait de trahison,
    - qu'il regrette le traitement qui leur a été infligé,

    alors nous serons allés beaucoup plus loin.
    Pour ce que tu as évoqué en finalité, nous avons en effet tant de combats à mener ;-)

    RépondreSupprimer
  11. Je relaierai cette info/proposition dans la semaine.
    Mais est ce utile 60 ans après ? Je ne sais pas...
    J'ai énormément de mal à appréhender la chose, ma mère ayant disparu depuis, son père étant probablement décédé de même...
    Etant petit fils de soldat allemand, je ne complexe pas sur cette histoire et lorsqu'on me demande mes origines, je cite mon "quart allemand" :)
    Etant donné mon age, c'est assez clair.
    Bref...

    Il est probablement trop tard pour leur dédier la journée du 08/03 mais médiatiser la chose peut être positif.

    Le degré d'empathie pour comprendre tout ceci doit être important...

    RépondreSupprimer
  12. @ Olivier

    Certains comme toi semblent avoir hérité d'une valise pas trop lourde. J'entends ta fierté sur "ton quart allemand". C'est le cas des nombreux "enfants de guerre " à l'initiative de cette double nationalité accordée par le gouvernement allemand.

    Monsieur Delorme président de Cœurs sans Frontières a entendu des centaines de témoignages et il pourra te confirmer à quel point il aurait besoin d'un peu de moyens pour mettre en place une cellule d'écoute dans les régions tant les souffrances sont encore vives.

    Par ailleurs, si le débat est ouvert, il permettra d'aller bien au delà du fait historique: le sujet a des ramifications tellement contractuelles!

    RépondreSupprimer
  13. Je n'en tire ni fierté ni honte en fait. C'est un simple fait.
    La valise s'allège avec les générations et au niveau de mes enfants, il n'y a plus aucun impact.

    J'imagine bien, par contre, que si ma mère et ma grand mère étaient encore en vie et vivaient au même endroit que durant la guerre, les pressions et non dits seraient bien plus importants...

    RépondreSupprimer
  14. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  15. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  16. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  17. @ Pierre

    Je salue ton souci de mettre en perspective des éléments avec leur contexte dont celui historique que tu évoques.

    Aussi, je vais replacer des éléments, des termes que j'ai prononcés et qui t'ont heurté dans leur contexte.

    Je disais donc: " Si "faire l'amour et pas la guerre" n'est pas l'apanage des femmes (comme tu le soulignais) , ce ne sont pas les hommes en pareil cas qui sont traités de trainées... de salops éventuellement quand ils n'assument pas les conséquences de leurs actes traduites en grossesse parfois."

    Tu ne comprends pas qu'aujourd'hui on puisse encore penser cela. Je te renvoie à la pertinence de l'existence de "Ni putes, ni soumises" pour ne parler que de la France.

    La guerre, Pierre, est essentiellement une "affaire" d'hommes. Pour les femmes, il ne s'agit que d'une légende à ce jour (les amazones).

    La réponse que des femmes donnent à la haine véhiculée par la guerre c'est l'Amour, et c'est cela même qui est jugé comme une trahison.

    Si tu qualifies mon approche romantique, soit! C'est peut-être là, la raison de notre différence de point de vue et peut-être au delà entre les hommes et les femmes :-)

    Quant au fait que le "temps a passé", je trouve au contraire cette question très actuelle.

    Sarajevo par exemple? Nous sommes entrain de faire des recherches sur les "Tondues" contemporaines que je sache , pour alimenter le blog des Tondues et des victimes de l'épuration et nous voyons bien que la question est loin d'être réglée.

    RépondreSupprimer
  18. @ Pierre

    J'ajoute encore une chose... aussi :-)

    Ne me fais pas dire ce que je n'ai pas dit et ne dirai jamais à savoir que les hommes seraient des salauds!

    Je mettais ces termes dans la bouche de ceux là même qui traitent les femmes de trainées!

    Concernant ceux qui ont l'intelligence et le courage de ne pas tomber dans cette médiocrité, mesquinerie voire barbarie, ils existent heureusement.

    C'est bien là l'espoir de l'humanité, non?

    RépondreSupprimer
  19. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  20. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  21. Merci de nous rappeler qu'il y a très peu de différence entre un "héros" de guerre et un crétin en pleine vendetta. Chacun un jour peut tomber dans l'horreur, en la subissant ou en la produisant..
    Je retiens aussi le regard de ces femmes : résigné, mais pas honteux ni haineux: vivent ces femmes là! j'ose espérer qu'un certain nombre de ces crétins ont trouvé l'occasion dans leur vie après de retrouver leur dignité humaine. les plus salis: ce sont eux. Pour ma part, cela fait longtemps que ces femmes occupent une jolie place dans mon coeur et si certaines lisent cela, je les embrasse très fort et je les remercie d'avoir osé l'amour, envers et contre tout. c'est grâce aussi à elles que je suis fière d'être une femme.

    RépondreSupprimer
  22. Je suis de tout coeur, vraiment, avec ces familles qui ont connu cela. Mère, enfants et même soldats Allemands. Et je trouve que c'est bien d'y penser cette année.

    Il serait par contre tout à fait stupide de jeter le doute sur toute la génération de nos parents, cette génération qui a subit la guerre et qui, beaucoup plus souvent qu'on ne le pense, agissait dans l'ombre pour essayer de sortir la population de cette guerre.

    Hors, il semble que cela soit à la mode, depuis une semaine, de dire que, non pas "une petite partie" des français étaient "collabos", mais "essentiellement" les français l'étaient comme j'ai pu le lire sur le blog de R. Et tout cet écrit actuel, deux générations après, pour dire que ce sont ces mêmes français qui ont tondu ces femmes.

    Croyez-vous que la partie de la France qui a été occupée dès le début de la guerre et jusqu'à la fin, ait eu quelques envie de penser à Pétain ? Dans la même semaine, j'ai lu cet article qui m'a fait hurler de douleur et j'ai eu, ce jour,un couriel qui parlait "écologie", donc ... pas le sujet, mais avec un CV disant qu'il pensait que les Français avaient encore aujourd'hui un esprit Pétainiste... ! !

    Mais pourquoi cette mode ? et que cherchent ceux qui lancent cette idée ? Se faire mousser ? Mais avec des phrases semblables on hulilie toute une génération ... c'est le but ?

    Chaque génération sa méthode pour humilier...

    Je lance demain un article sur les résistants, avec une pensée pour ceux qui ont aussi fait quelques actes résistants sans en avoir le nom. Et il y en a eu plus que l'on ne pense. Un simple article. On leur doit bien cela après tout ce que j'ai lu depuis une semaine.

    RépondreSupprimer
  23. Danielle,

    Nous ne ferons pas l'économie lorsque nous lançons un débat quel qu'il soit, d'autant lorsque celui-ci est sensible, d'entendre toute sorte de points de vue des plus intelligents aux plus idiots, des plus objectifs aux plus subjectifs, des plus positifs aux plus négatifs, etc..

    Ceci dit, à un moment donné il nous faut prendre ce risque de remettre en question certains points de nos histoires, de notre histoire collective pour que nous puissions ne jamais en renouveler certains.

    Aussi, il m'a semblé que l'Allemagne ayant fait un grand pas pour l'humanité que de reconnaitre ses "enfants" , nous étions assez mûrs en France pour reconnaitre à notre tour à certaines de leurs mères d'avoir subi un amalgame injuste.

    Au delà, il était question de la place de la femme, du désir et de l'amour en temps de guerre.

    Vous voyez bien qu'avec l'évêque révisionniste l'opinion publique a réagi et a été ferme au point d'exiger un positionnement clair du Vatican.

    Les esprits évoluent.

    RépondreSupprimer
  24. A Cognita1

    Tout à fait, je suis absolument pour, et je serai très bientôt parmi ceux qui lanceront l'idée qu'il nous faut aussi revoir notre passé du côté de certains pays d'Afrique.

    Mais dire que la population française a été "essentiellement" passive ou collabo pendant la guerre...c'est vraiment triste, mais ce qui m'inquiette c'est que cela a pris de l'ampleur. Ce n'est même plus raisonné, c'est comme un amusement, un jeu vidéo. Et l'humiliation sur toute une génération ! la génération de nos parents.

    Avec cet "amusement", ils nous gachent l'esprit de mémoire que nous devons avoir avec les Allemands, dans cette démarche des couples mixtes Franco-Allemands. Pourtant ce serait formidable si leurs enfants pouvaient avoir la double nationalité.

    ( Mon article sur Fanal demain sera pour toutes les femmes de cette période 39-45, car les témoignages que j'ai, c'est que cela a été très dur pour chacune d'elles )

    RépondreSupprimer
  25. JE SUIS DE TOUT COEUR AVEC VOUS. IL AURAIT FALLU TONDRE AUSSI
    FRANCOIS MITTERAND ET SON AMI BOUSQUET ET BEAUCOUP D'AUTRES

    RépondreSupprimer
  26. Mais... pourquoi vouloir détourner la journée du 8 mars de sa vocation initiale ?

    Car il s’agit d’une journée internationale de lutte pour les droits des femmes, instituée par l'ONU en 1977. Voir les explications en ligne :
    http://www.unac.org/fr/news_events/un_days/women1.asp et l'historique sur ce site dédié : http://8mars-online.fr/histoire/

    La « personnalité de renom » qui a encouragé cette initiative ignore manifestement cette partie de notre histoire, qui concerne les femmes. Difficile de lui accorder crédit...

    RépondreSupprimer